Dimanche 23 mai: Cabrière d'Aigues...8h...départ pour le parcours de 41 km.

C'est enfin le jour "J", celui que tous les traileurs attendent avec enthousiasme et un zeste d'adrénaline.
TGXL_2010__17_

Partis devant nous, l'équipe des bénévoles de l'Association Dunes d'Espoir...

N'ont -ils pas en eux, plus que nous, cette formidable envie de vivre et de décrocher les cieux les plus inaccessibles, pour les offrir et les partager avec ceux et celles que le sort, un jour, a figés?

Destins douloureux qui brisent sans doute les corps, mais pas les rêves...
TGXL_2010__2_

 

Donc, après une joviale traversée dans les ruelles de Cabrière d'Aigues, nous empruntons une large piste que nous quittons après 3 km pour remonter le GR...Le rythme est bon, la montée que j'avais par deux fois repérée, s'enchaîne bien et nous atteignons le relais herztien du Mourre Nègre en 50 minutes! Altitude 1145 m!

Je suis pointé à la 23ième place, mais dans la descente qui suit, je suis repris par 4 traileurs.

TGXL_2010__9_



Nous parcourons une belle ligne de crête, puis nous plongeons par une monotrace rapide, dans une forêt de buis.
Je suis admiratif du travail d'élagage que les membres du club organisateur ont réalisé!

Si je perds encore quelques places , c'est que je ne veux surtout pas rééditer mes mauvais souvenirs du trail de la Sainte Baume (entorse).

Par la suite, je reviendrai sur plusieurs concurrents dès que la pente reprendra.
TGXL_2010__7_..


Le premier ravitaillement liquide est annoncé au 15ième km...je passe en 1h32...


Je ne m'arrête pas car, aujourd'hui, j'ai une nouvelle ceinture avec 2 porte-bidons...très confortable, qui permet une meilleure hydratation qu'avec mon traditionnel sac à dos, et comme il commence à faire bien chaud, le dos évacue aisément la transpiration....pour finir, de multiples poches...

porte_bidonVa falloir que Raidlight me sponsorise!!!    gif_rires

Je calcule qu'en tenant ce rythme, je pourrai m'approcher de mon objectif de finir en 5h15 environ....

Nous dévalons un profond vallon qui débouche sur la face nord du Luberon, plus discrète..

Je visualise un coin très photogénique,  un chemin bordé par un magnifique mur de pierres sèches, sans doute l'un des plus beaux passages du parcours. Le temps de sortir l'APN, mon partenaire est déjà loin...

Puis nous laissons à gauche ce qui m'apparaît être une bergerie
TGXL_2010__6_...il y a bien de l'agitation...est-ce l'heure de la traite?


Non, nous sommes à l'auberge du Castellas et c'est l'heure du petit déj'.


Puis, nous remontons un autre vallon pour traverser ensuite des pierriers sous de belles falaises...


Les organismes commencent à souffrir après 2 heures de galopades...

J'essaie de faire le vide dans ma tête et de ne penser qu'à gérer mon rythme, sans trop me soucier si l'on me double....mais quel régal lorsque je parviens à reprendre quelques gars...
TGXL1


A la faveur d'une montée dans un pierrier sauvagement fabuleux, c'est moi qui perds le contact avec mon autre partenaire...mais je garde le moral...lors du briefing du départ, nous avons été tous mis en garde...la montée après Auribeau sera décisive...
TGXL_2010__5_

 

Sous les ruines du Castel saint Pierre (voir le récit de ma seconde reco), nous rejoignons le 'petit" parcours (25 km) et ses coureurs partis à 9h...

L'arrivée dans Auribeau est animée, belle ambiance fraternelle qui laisse échapper de larges sourires.

Au ravitaillement, deux musiciens sympas rythment cette joyeuse cohue.

Je remplis à la hâte mes deux bidons, ayant déjà grignoté tout à l'heure un 1/2 biscuit de flocons d'avoine aromatisé vanille.

Hummm, l'eau d'Auribeau est d'une fraîcheur dont je me délecte avec gourmandise..

TGXL_2010__4_


...ça fait 2h45 de course..Je quitte Auribeau.la montée s'annonce Auribeaument terrible...je croise les membres de "Dunes d'Espoir" encore plein d'enthousiasme..TGXL_2010__1_.



Ils ne savent pas encore ce qui les attend...

Le parcours est superbe, mais terrible!
Pas de répit...Nous accumulons dernière nous un vertigineux dénivelé....Las, je sens que je manque de tonus!


Je manque d'un entraînement spécifique en côte, j'en fais le constat!
Préparation perturbée par mes ennuis de santé...tiens, je n'ai aucune douleur aux tendons...je les avais complètement oubliés, eux...

Alors, j'opte pour le régulateur d'allure", option MP3 rivé aux oreilles...

Le soleil qui nous a tant manqué ces dernières semaines nous darde de ses chaudes étreintes. Nous n'y étions plus habitués...

Je marche le plus vite possible tout en gérant la fatigue...nous approchons du 30ième km...

TGXL_2010__18_Je rattrape beaucoup de coureurs engagés sur le 25 km...A l'approche d'une magnifique forêt de pins, petite fringale...je prends un gel énergétique...la bouche est sèche, langue pâteuse. La chaleur nous use énormément.
TGXL_2010__15_

Je pourrai courir, mais ici, je m'astreins à marcher en cadence, solution assez efficace puisque je reprends des coureurs tout aussi accablés par les brûlantes effluves du soleil.

Enfin, la piste sommitale. Je récupère en décontractant les quadriceps. Ici, deux coureurs, l'un d'eux est terrassé par des crampes. Puis, c'st le ravitaillement du col de Cabrière......mais j'ai de la peine à m'alimenter!
Je prends quelques biscuits salés qui ne passent pas bien que je boive très fréquemment. Très éprouvé, je paie cash mon manque d'entraînement...
TGXL_2010__16_

 

Loin devant, sur la crête, une série de montagnes russes, ...paysages magnifiques, balayés par un léger souffle d'air qui rafraîchit un peu.
3-4 coureurs du grand parcours me rattrapent, je ne peux suivre leur rythme car dans les descentes, je commence à souffrir du talon gauche...en fait, une large ampoule est en train de se former..

Avant que d'entamer la longue descente finale, je photographie la plaine sous Cabrière avec au loin l'étang de la Bonde...mes proches sont là-bas...j'aimerais qu'ils puissent      TGXL_2010__14_    m'encourager à puiser en moi toute l'énergie nécessaire...

 

La longue et rapide descente est éprouvante car la monotrace est en dévers gauche, mon talon gauche se vrillant à chaque appui...mais j'envoie tout ce que je peux, me laissant gagner par la griserie de rattraper du monde...

S'ensuit une dernière montée, faite à un pas lourd et haletant, et un final très ensoleillé pour dévaler les derniers kilomètres sur des larges pistes avec de nombreux secteurs ombragés, fort heureusement.

Puis ce sera la récompense d'une arrivée dans un temps inespéré ce matin encore...4h38. 29ième au général et 5ième V2.
ICI, les classements.

Ici, un reportage sur l'exploit des 'Dunes d'espoir'