Il y a un an, ce trail constituait la finale du réputé challenge des trails de Provence. Pour des raisons que j'ignore,c'est désormais la Gapencime qui clot une saison de trail toujours difficile et exigeante. 
Ce dimanche 14 octobre, les organisateurs du club de Jouques nous ont offert un parcours moins long que les versions précédentes, sur d'autres versants que ceux du Concors.

Il faisait frisquet, ce matin, sur la moto, un petit 3 degrés dans les rues de Meyrargues, avant d'arriver sur Jouques...D'emblée, un litige sur la distance réelle du trail...26 km ou 28 ou 24 km sur les nombreuses pancartes qui baliseront la première partie du parcours et pour finir avec un affichage à 28 km.  ...En fait, le parcours fait bien 28 km, pour un peu moins de 850 m D+, mais je n'ai noté aucun profil du dénivelé, ce qui est pourtant bien utile pour gérer les efforts; à priori, en regardant les courbes de niveau sur la carte, j'ai remarqué que la seconde moitié était plus difficile.
CIMG0676 comp

Les organisateurs ont également prévu plusieurs autres courses: un 14 km qui s'inscrit dans le Challenge du Pays d'Aix, une course féminine, une autre pour les enfants...Est-ce cette multiplicité des parcours qui a fait que lors de l'attribution des dossards, il y a eu interversion entre des dossards spécifiques 28 km avec des dossards du 14km?
Cette erreur que personne n'a remarquée en début de matinée aura vous vous en doutez des conséquences sévères sur les classements.

Les derniers instants d'avant course me permettent de retrouver quelques amis traileurs: Jean-Marc G, Eric C., ...on échange des souvenirs, on fait le point sur nos états de forme...

9h: au départ, les chronométreurs de KMS scannent une puce électronique fixée sur chaque dossard. Et c'est pourquoi, je ne comprends pas qu'ils n'aient pas pu éditer un classement général fiable car même avec un dossard non approprié, on doit bien voir à quelle heure est parti chaque coureur...dès lors, pas de confusion possible, la course du 14 km étant fixée à 9h30....ou bien, le logiciel de KMS ne peut valider l'heure du scan de départ et là c'est franchement regrettable pour une société spécialisée dans le chromonétrage sportif.gastrocnémiens_mollet


Départ raisonnable mais le parcours est roulant...les 10 premiers km sont avalés en 54 minutes avec 360 m de D+...vers le km 13, je ressens des contractures musculaires sur le vaste interne (quadriceps) et aussi sur la partie interne du gastrocnémien (pour rappel, le gastrocnémien est un seul muscle bi-articulaire, séparé en deux faisceaux qui se réunissent en descendant vers la cheville = autre appellation: les jumeaux du mollet)..pendant 15 km, je vais devoir gérer mes allures et être très souple sur les appuis.
Sur les 28 km du parcours, il y aura plus de 20 km de monotrace, au sein d'une végétation abondante de chênes verts, de chênes kermès, parfois des chênes pubescents. Le balisage est quasi parfait, on a fixé des km de rubalise....
20 km en 1h57...le tempo reste bon, mais j'ai été contraint de lâcher prise vis à vis de quelques coureurs, car je dois gérer ces fichues crispations musculaires surtout au mollet.
La vue sur la valléeCIMG0679 comp de la Durance somnolant dans un brouillard épais d'où n'émergeaient que les crêtes du Luberon était magnifique, mais je n'ai pris guère le temps de regarder car sur les sentiers, il y avait de nombreuses racines, des moignons d'arbustes coupés, des galets aussi, quelques lapiaz, bref, de quoi rester très vigilant.
Nous sommes passés à proximité de la Chapelle Notre Dame de la Consolation...

 

La  longue, très longue monotrace dans les bois de la Séouve (j'espère ne pas faire d'erreur d'itinéraire!!!) fut moralement éprouvante: une progression en léger faux-plat montant, sur une trace encombrée de racines, de cailloux, souvent il était nécessaire de bien se courber pour passer sous des branches basses, aucune vue sur les coureurs qui précèdent...on se sent bien seul.... Ensuite, le parcours fait une bCIMG0681 compoucle dans le massif de la Vautubière, une longue descente puis une remontée bien sélective pour revenir à la tour de guet...on croise des coureurs qui ont ~ 45 minutes de retard sur nous...échanges d'encouragements réciproques...les traileurs sont des gens bien!

A la tour, altitude 670 m (point culminant) il reste 4 km, mais le mollet est douloureux...je retarde au maximum l'implusion et déroule plus qu'il ne faut avec le talon pour bien étirer les muscles...la 1ère féminine me doublera à 2 km de l'arrivée...bravo!
Arrivée en 2h44'40", soit 10,3 km/h de moyenne. le classement vient de paraître, 26ième place au scratch et second V2H...c'est bien pour une reprise...
Merci à Eric pour les photos qu'il m'a confiées...