Dimanche 15 juin, première participation à une épreuve chronométrée en marche nordique.

Je me suis inscrit à cette épreuve  car la distance de 10 km me permettait de m'étalonner. D'autre part il n'y a pas si souvent des épreuves en colline, et aujourd'hui, je cherche avant tout à faire un temps ....

Une belle animation


Mais avant de m'engager, je me suis longtemps questionné....
Est-ce que la marche nordique peut s'adapter aux exigences d'une compétion?
La question mérite d'être posée...
Depuis quelques années, la marche nordique connait un engouement formidable. Mais c'est surtout sous sous l'angle "fitness, maintien en forme, voire remise en forme". Et il est vrai que la MN permet de mobiliser son corps, plus en douceur, en atténuant tous les traumatismes musculaires, articulaires que provoque la course à pied (sur route, ou en trail).L'orage menaçait
De cette pratique découle une hostilité particulièrement vive lorsqu'il est envisagé de'organiser une compétition de marche nordique... Sur de nombreux forums, on trouve souvent des messages de pratiquants, de "coachs sportifs et autres moniteurs de MN"  vraiment hostiles.
Certes, comment s'assurer que les participants à une épreuve chronométrée respecteront scrupuleusement les bases de la marche nordique:  toujours avoir un pied et un bâton au contact du sol. Il y aura toujours des mains et des tricheurs qui ne respecteront pas cette "déontologie" sportive...Mais tant pis, l'appel du sport étant dans mes gênes, c'est avec beaucoup d'enthousiasme que je me suis rendu à La Barben, ce matin.
10 km, à bloc....ça mérite un échauffement...donc, j'ai fait mes 20 min d'allers-retours, discrètement en sous-bois avec quelques étirements...derniers réglages pour mes bâtons tout neufs et à 9h, ligne de départ.
Les organisateurs auraient pu prévoir un départ distinct pour les coureurs du 10 km et les marcheurs...
à 8h45, j'assiste au départ des coureurs du 16,5 km...

BaB14 (7)


La société KMS s'est chargée des dossards et sous l'arche, les puces électroniques bipaient vaillament...

BaB14 (10)

Pour commencer, nous avons droit à 2,5 km d'une route parfaitement plate:
Au bout de 300 m, je rejoins 2-3 marcheurs et reste un peu dans leur rythme... coup d'oeil sur la montre Garmin...on va à ~8 km/h...sur du plat, ça me semble presque lent...insensiblement, je tente d'augmenter le rythme tout en m'appliquant à bien poser toujours un pied au sol...Très vite, je récolte des critiques comme quoi je serai en train de courir...J'observe mes compagnons...buste droit et  raide, peu de souplesse dans les chevilles et des appuis_bâton pas très toniques...ça manque de rendement! Dommage que pas un n'ait voulu jouer et rester avec moi...
km 1: 6 min 17; km 2: 12 min 24...ensuite j'ai oublié.

Je me détache progressivement...et j'évolue désormais parmi des coureurs qui s'étonnent de mon rythme ou qui s'agacent du cliquettis des bâtons sur le bitume; Désolé, c'est la première fois que je marche sur route, moi aussi, je n'aime pas ce bruit et je pense que la MN, ça se pratique toujours en colline...
Le château de la Barben approche...je ne m'arrête pas aux ravitaillements qui ponctueront le parcours tous les 2,5 km....Puis arrive le chemin qui longe la Touloubre...des musiciens animent les derniers hectomètres avant la fameuse montée qui scotche quasiment tous les coureurs à pied...Je me fais violence et pousse énergiquement sur les bâtons pour gravir cette côte très raide...l'effort est violent, je souffle, je souffre, mais je tiens....tout en haut, mon coeur est à la limite. Mes nouveaux bâtons font merveille...leur très bon équilibre, leur rigidité augmentent le rendement des appuis...Vive les Guidettis Vents des Fjords...oubliées mes remarques de la veille (voir message précédent...)!

BaB14 (1)Je suis en forme car je récupère assez vite. Plusieurs coureurs que j'ai doublés en montant me rattrapent car sur les zones en descente, je ne peux pas les suivre car il faut maintenir toujours un pied au sol...je me concentre sur cette exigence qui me poursuivra durant toute l'épreuve, au point que ça en devient stressant...La seconde montée est moins raide, mais beaucoup plus longue...grâce à la montre, j'évolue entre 8,5 et 10,5 km/h...
Km 5 en 31 min 12 secondes
C'est vers le 7 ième km que j'ai eu des douleurs sur un adducteur...ainsi que dans la nuque...
Le retour par le bitume (sur 1,8 km) me permettra de reprendre du rythme et je finirai les derniers 500 m presqu'au sprint, à près de 14 km/h.

A l'arrivée, j'ai les jambes qui tremblent, toutes cotoneuses...mais le chrono "officieux" donne 1h 01' 17 secondes...et j'en suis ravi!
les résultats: