Mardi 12 août:
De bonne heure (7h), je traverse le centre ville endormi de la ville d'Ollioules et m'engage sur le GR 51: J'ai prévu d'aller sur une bonne partie d'un parcours que j'avais fait il y a 15 jours le 26 juillet...
La montée par le chemin de l'Oratoire est très raide, mais je progresse rapidement en poussant efficacement sur les bâtons. Je m'arrête quelques secondes pour photographier l'édicule qui abrite une statuette religieuse...mais je ne sais pas de quel saint il s'agit ?

CAM00309

CAM00310

Puis je m'approche des ruines de la chapelle Notre Dame d'Espérance.

CAM00292

CAM00293

La pente est de plus en plus raide, certains passages sont à plus de 25%! Mais aujourd'hui, je me sens en forme...J'avalerai les 250 m de D+ en 14 minutes, soit une minute de mieux qu'il y a 15 jours!
Direction les ruines du Detras.
En contrebas du vallon, il y a une petite source qui donne naissance à une discrète mare qui sommeille paisiblement sous la végétation. A mon approche, je vois des petits poissons qui fuient sous les joncs et les plantes aquatiques...Comment sont-ils parvenus jusqu'ici?

CAM00294

A proximité des ruines du Detras, il y a cette fois une grande mare aménagée par les chasseurs. Visiblement, elle est au goût des sangliers qui ont retourné la terre.
Maintenant, je m'engage sur la longue montée jusqu'aux crêtes du Baou des quatre Ouros; c'est une large piste, environ 4 km pour presque 310 m de D+) Les sensations sont excellentes, je marche rapidement, bien en rythme, le souffle est régulier. Mais je me méfie... il y a 15 j, dans cette montée, j'avais trébuché contre une pierre: bilan, une petite entorse à l'extrémité d'un doigt!
Je gagnerai cette longue ascension en moins de 37 minutes, soit 5' de moins que mon temps précédent...
Puis direction le col du Broussan...
Mais je vais dévier de mon itinéraire initial car je me laisse tenter par une belle piste forestière taillée en pleine forêt par les débroussailleurs...

CAM00296

Le sol est couvert de copeaux de bois et d'écorce...C'est souple  pour les chevilles...Ca sent bon la résine...un régal...
Cette belle allée mène à proximité de la station de gaz du Broussan...Je poursuis sur la traverse et 200 m plus loin, à gauche, un petit cairn marque le départ d'un très beau sentier qui plonge dans un des revers du Destel... C'est un sente très sauvage, qui procure une réelle sensation d'isolement... Mais attention à ne pas se blesser sur les sols très techniques...il n'y a pas de couverture réseau téléphonique, et très peu de personnes vont sur cet itinéraire!

CAM00297

CAM00298

Le sentier permet de rejoindre le cours du Destel, totalement asséché à cette époque...et bientôt, je m'approche de l'ultime bataille...la montée du gaz...fameuse ascension de 210 m D+ sur moins de 500 m linéaires!!!

CAM00299

CAM00300

Lorsqu'on débouche à la sortie, on est en général bien entamé...mais avec la joie d'un bel engagement sportif! 
Puis pour gagner du temps, je poursuis sur cette piste artificielle du gazoduc et plonge vers la piste du Detras...La vue est superbe sur la rade de Toulon et les bas quartiers de la Seyne

CAM00301

La descente est raide, le sol très sec glisse et mes rotules n'apprécient pas cet effort...Avec les bâtons, je parviens à me rétablir plusieurs fois.CAM00295
Ensuite, en redecendant vers le Detras, l'idée me vient de visiter les deux grottes du Croupatier que l'on aperçoit de loin, lorsqu'on commence la montée du Detras...Il y a même des gravures rupestres dans ces deux grottes: un site en fait la description...Quant à moi, je dois vous avouer avoir été déçu...ces grottes sont fort endommagées par la suie qui recouvre la parois et par les centaines de graffitis. Au sol, il y a des tessons de verre...bref...les visiteurs ne sont pas tous scrupuleux des lieux! Voici un site qui donne des détails sur les peintures rupestres du Croupatier

DSC_42964

Ici, un article de varmatin qui évoque les dégradations des peintures: Varmatin  

Retour sur Oullioules: 15,6 km en 2h18 avec 920 m D+